Voyageur de commerce

Tant d’années à arpenter la Terre en tous sens, me donnent parfois l’impression d’être un insecte infiniment petit, sur le dos d’un animal infiniment grand.

C’est ainsi, qu’à hauteur d’homme, je contemple la planète, les cicatrices de sa peau, les boursouflures, les allergies parfois. C’est ainsi qu’il m’arrive de pressentir les évolutions, non par le savoir, non par l’intelligence, mais par cette intuition qui rend l’animal capable de « sentir » le tremblement de terre.
Longtemps  j’ai muselé ces intuitions,  lorsqu’ elles contredisaient la vérité des experts et des journaux sérieux. Puis la vie m’a appris que parfois l’intuition d’hier devenait la vérité de demain et qu’elle valait la peine d’être écoutée, et pourquoi pas partagée.

L’Europe, craint, souffre, proteste ;  certains en Europe, plus que d’autres et on pourrait se demander ce qui rend l’Allemagne prospère ? Le Bavarois est-il  payé comme l’ouvrier chinois, travaille-t-on autant d’heures à Francfort qu’à Shenzhen ?
Cette disparité entre peuples, nations, économies si voisines que tout incite à les comparer, nous indique déjà une piste : et si le déclin n’était pas une fatalité ? En tout cas, le déferlement des produits asiatiques et les fermetures d’entreprise qui l’accompagnent sont, légitimement, vécus comme anxiogènes, et pourtant…

Atterrissant en Asie, le trajet qui mène de l’aéroport au lointain centre ville est presque toujours un immense chantier. Des ponts se dessinent, des autoroutes avancent, des quartiers, des villes sortent de Terre. Que faire de ce constat ?
-nous lamenter sur le déclin de l’occident ?
-nous réjouir, que des milliards d’humains puissent demain accéder à la décence,
si ce n’est au confort ?
– voir une immense opportunité, pour tous et non au détriment de certains ?
Clairement je me range dans la troisième catégorie. Pour nous, héritiers du Roi Soleil, il est difficile de concevoir  que le monde ne tournera plus seulement autour de nous, mais que nous y avons notre place.
Pourtant, la contemplation de porcelaines chinoises vieilles de 3 000 ans, suffit à nous convaincre que les Egyptiens, les Grecs et les Etrusques n’étaient pas supérieurs, mais qu’ils étaient ailleurs. Que la civilisation, la culture n’étaient  pas  seulement Européennes.

Aujourd’hui, toute communication « interculturelle » passe par cette mise en équivalence des civilisations : ne renier ni nos valeurs ni notre mode de vie, mais respecter l’autre… autant et sans à priori.
Alors se dessine un monde ouvert dans lequel l’autre, si nombreux et si puissant soit-il n’est plus une menace, mais souvent une inspiration et toujours un partenaire.

Une inspiration ?
Depuis des années, nous nous déchirons sur l’âge légal de départ en retraite. Repoussant  d’année en année une limite théorique, rarement observée dans le monde du travail (qui travaille encore au-delà de 60 ans).
Les Japonais, pourtant si critiquables à nos yeux, par leur vision de la hiérarchie ou de la femme dans l’entreprise, ont depuis longtemps  apporté une réponse à cette question. Au Japon 60 ans sonne l’âge de la retraite c’est-à-dire du versement d’une pension.
Le « pensionné », réduit son temps de travail, et se consacre de plus en plus à la formation de ses successeurs, sa pension et son salaire se combinant pour maintenir son revenu. Ainsi, dégagé des pesanteurs du quotidien, il assure une continuité. Ainsi, dans les entreprises japonaises, se noue chaque jour le dialogue des générations.

Un  partenaire ?
Chinois, Coréens, Japonais rêvent de mode française, mais aussi d’art de vivre.
Après Paris, la Provence est universelle, symbole de beauté, de sérénité et de goût.
Sachons porter haut nos couleurs, et demain, un marché sans limite nous sera ouvert, non parce que nous sommes les meilleurs, mais parce qu’au fil des millénaires nous avons su bâtir et protéger un monde désirable.

Vincent Vinas
En tant que spécialiste de l’export Vincent Vinas est depuis de nombreuses années en contact avec diverses cultures. Il accompagne  le développement  international
de Terre d’Oc.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s